Depuis quelques mois, je vous propose régulièrement des visioconférences sur des thèmes 

Ces visioconférences sont ouvertes à tous.tes et permettent de créer des ponts entre les professionnels de la santé et le grand public.

Vous trouverez ci-dessous les enregistrements des précédentes visioconférences. J’espère que cela vous plaira !

Vous avez des idées, ou envie de discuter d’un sujet en particulier ? Écrivez-moi ! 

Vous souhaitez participer au financement de ce projet, et ainsi aux frais d’organisation et à la rémunération des intervenant.es ? RDV en bas de cette page, merci ! 👇

Lors de cette visioconférence, les Drs Camille Piguet et Arnaud Merglen ont abordé les deux composantes primordiales pour comprendre la santé mentale des adolescents, à savoir le développement cérébral et la gestion du stress.

La Dre Camille Piguet est psychiatre et chercheuse en neurosciences cognitives, formée à Genève et à Paris. Elle occupe aujourd’hui un poste de cheffe de clinique scientifique, travaillant pour moitié à l’Unité de Crise pour Adolescent du service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent des Hôpitaux Universitaire de Genève, et pour moitié pour ses projets de recherche au Département de psychiatrie de l’UNIGE.
Elle développe un axe de recherche sur la prévention de la santé mentale chez les jeunes, notamment en relation avec la régulation des émotions, l’anxiété et la réactivité au stress, en collaboration avec le NCCR Synapsy et la Fondation Leenaards.

Le Dr Arnaud Merglen est épidémiologiste et pédiatre avec une expertise clinique en médecine des adolescents et en pleine conscience, formé à Genève, Lausanne et au Canada. De retour à Genève depuis 2015, il travaille comme médecin adjoint agrégé au Service de Pédiatrie Générale et à la Consultation Santé Jeunes.
Il collabore aussi avec la Division Interdisciplinaire de Santé des Adolescents au CHUV à Lausanne et avec le Bioscope de l’Université de Genève sur des projets de prévention et d’éducation à la santé.

Pour en savoir plus sur l’étude Mindfulteen menée actuellement par les Drs Camille Piguet et Arnaud Merglen, rendez-vous sur le site www.mindfulteen.ch

Le jardinage punk, c’est apprendre à faire différemment, à changer son regard sur les “herbes folles”, bien plus propices au vivant qu’un jardin aseptisé !

Mais c’est surtout s’inscrire dans le respect de la biodiversité qui nous entoure.

Alors, comment et pourquoi ? C’est ce que nous découvrirons au cours de ce moment d’échange !

Eric Lenoir est paysagiste, pépiniériste et auteur de plusieurs ouvrages, dont “Plantes aquatiques et de terrains humides” aux éditions Ulmer et le “Petit traité du jardin punk” (Prix St Fiacre 2019) aux éditions Terre Vivante.

Le mal de dos est une affection fréquente qui représente aujourd’hui la première cause globale d’incapacité.
Hélas, de nombreuses idées reçues circulent encore aujourd’hui à ce sujet, pouvant fortement ralentir la progression des personnes qui souffrent du dos. 

Parfois même, ces idées et représentations font partie du problème ! Beaucoup de personnes se retrouvent alors piégées dans des cercles vicieux qui alimentent les douleurs.

Dans cette visioconférence, nous décortiquerons ensemble les idées reçues les plus dévastatrices à la lumière des données scientifiques actuelles. Nous verrons ensuite par quels principes nous pouvons les remplacer, et reprendre confiance en notre corps.

Eric Bouthier est kinésithérapeute spécialisé dans la prise en charge des douleurs persistantes, avec un intérêt particulier pour le mal de dos. En complément de son activité libérale à Lyon, il promeut une prise en charge de la douleur basée sur les connaissances scientifiques actuelles.
Depuis 2017, il partage des articles et des vidéos à destination du public lombalgique chronique sur son site Comprendre Son Dos. Il travaille également avec des journalistes dans l’objectif d’améliorer la qualité des informations proposées au grand public.

Cette visioconférence est est l’occasion de présenter l’association Ecokiné, à l’initiative de 5 jeunes physiothérapeutes français, qui propose d’accompagner les professionnels de santé souhaitant s’engager dans une pratique plus éco-responsable.

Merci à Etienne Lebastard, son président pour cette soirée d’échange ! Pour soutenir cette association, devenir ambassadeur ou faire un don, RDV sur www.ecokines.fr

Depuis 2006, la sexualité est reconnue par l’OMS comme faisant partie de la santé humaine.
Hélas, une méconnaissance globale de ce sujet pourtant fondamental et universel, associé à des tabous généralisés et culturellement très ancrés nous font au mieux négliger ce domaine, au pire perpétuer des violences.

En tant que professionnelle pratiquante de la sexualité (c’est-à-dire Putain), je considère m’inscrire moi aussi dans le domaine du soin, car participant au bien-être, voir au mieux-être des autres. C’est pourquoi je vous propose une discussion autour de 3 axes:
le premier, nous permettre de comprendre effectivement l’importance de la sexualité pour le bien-être humain ;
le deuxième, de vous partager mes réflexions sur comment soigner à la fois la sexualité en temps que telle, et comment la sexualité peut en elle-même être une voie de soin ;
et enfin le troisième, qui a une dimension plus “méta”, témoigner du fait que le travail du sexe est bien un travail, nécessitant de fait des compétences précises et singulières, qui méritent d’être d’une part reconnues comme telles, d’autre part d’être partagées.
– Yumie

Merci à Yumie pour ce moment d’échange, tout en humanité et sensibilité.

Merci aux participants pour leur bienveillance qui rend possible ces rencontres !

Mais que connaît-on des mécanismes physiologiques qui justifient et expliquent pourquoi nous souffrons ?
D’où nous vient la représentation actuelle de ce qu’est la douleur ?
A partir d’histoires de patients emblématiques, François Perrin vous proposera de mieux comprendre ce que signifie la douleur, et les découvertes qui viennent modifier notre rapport aux maux. Au travers d’exemples concrets, il vous permettra ainsi de questionner et de déconstruire les principales croyances que les patients transmettent au quotidien.
Cette conférence interactive développera les connaissances des « moins initiés » afin d’optimiser les comportements futurs, et pourra servir à ceux souffrant de douleurs persistantes (dites «chroniques»).

Qu’en est-il de la situation sanitaire actuelle ? 
Les mesures prises par les gouvernements sont-elles disproportionnées ? 
Et concernant le port du masque ? 

Depuis le mois de mars, nous sommes quotidiennement confronté.es à des informations relatives au coronavirus. Or, il n’est pas toujours simple de comprendre les éléments mentionnés par les médias ou les experts. 

Cette soirée a donc été l’occasion d’échanger et de poser des questions directement à Antoine Flahault, médecin épidémiologiste, directeur de l’Institut de la Santé Globale de l’Université de Genève, et directeur adjoint de la Swiss School of Public Health de Zürich.

« Vous avez un torticolis ce matin ? C’est que vous avez probablement dormi dans une mauvaise position ! »
Cette phrase vous rappelle quelque chose ?
 
De nos jours, il est aussi facile d’obtenir un diagnostic de trouble de la posture pour expliquer nos douleurs, que de consulter un faisceau de preuves scientifiques sur la variabilité de cette même posture.
Oui, la posture est un mouvement. Et c’est un mouvement d’abord culturel !
Tenez-vous bien droit, rentrez le ventre et serrez les omoplates, ou mieux, avachissez-vous et retraçons l’histoire du concept de posture, vu au travers du prisme de l’art et de la science de la promotion du mouvement, autrement dit, de la kinésithérapie.
 
Masseur-kinésithérapeute libéral depuis 2014, Guillaume Thierry axe tout particulièrement sa pratique dans la prise en charge des troubles du système musculo-squelettique, ainsi que sur la problématique des douleurs chroniques.
Son approche thérapeutique se construit autour du modèle biopsychosocial, ainsi que sur les données actuelles de la science.
Depuis 2017, Guillaume est formateur en formation initiale et continue pour les masseur-kinésithérapeutes, et rédacteur d’articles de réflexion autour de la kinésithérapie et de la santé pour un public professionnel.
Parce que nos formations initiales ne nous ont pas forcément invité à penser l’accompagnement à la santé sexuelle, ni d’ailleurs à penser notre distance, nos représentations et nos projections, alors que, bien souvent, nous sommes sollicité.es à cet endroit dans notre pratique clinique.
Nous vous invitons à prendre un temps pour sentir en nous ces éléments, et les mettre en perspective avec déontologie et éthique.
Cette conférence interactive nous permettra ensemble de questionner nos attitudes et de développer notre aisance à aborder cette thématique de manière plus ajustée auprès des personnes que nous accompagnons et de nos équipes.
 
Nadia Morand est sexologue clinicienne, membre du comité et du pool de compétence de l’association SEHP (Sexualité et handicap pluriels), spécialisée dans l’accompagnement des personnes en situations de handicap.
Nadia s’intéresse particulièrement à la neuro-sexologie. Elle forme, accompagne et supervise également des soignant·e·s et éducateurices qui souhaitent développer leur capacité à inclure la santé sexuelle de leurs patients/clients dans leur prise en charge.
Qu’est-ce que la menstruation consciente ?
C’est une façon simple et efficace d’apprendre à se connaître et à prendre soin de soi, à travers les énergies du cycle menstruel, en s’observant grâce au “mandala lunaire”.
Utiliser les énergies cycliques pour prendre soin de son hygiène émotionnelle, physique et psychique, que l’on soit menstruée ou ménopausée; utiliser ces “phases” de façon créative et non destructrice.
 
Zoé Genet Berthoud, aventurière en menstruation, artiste et créatrice de l’univers www.lunes.biz, de l’art jusqu’au fond du slip !
Zoé est également co-créatrice de @theyonilab “espace d’autonomie gynécologique”.
Elle crée des serviettes hygiéniques lavables illustrées de ses dessins de soin, initie à la menstruation consciente, aux premières règles, et a traduit des ouvrages autour des règles.
 
Cette soirée ayant été faite d’échanges et de témoignages personnels, nous ne l’avons pas enregistrée, ceci afin de respecter l’intimité des participant-es. 
Comment se reconnecter à soi et à son corps après avoir subi des violences ?
Samantha Vigne et Iris Chabrier-Trinkler présenteront leurs premières observations sur l’apport d’un cours de karaté hebdomadaire hébergé à la Maison des Femmes, pour des femmes ayant subi des violences.
Ce dispositif a été développé par Laurence Fischer (triple-championne du monde de karaté) et son association Fight for Dignity, après sa rencontre avec le Dr. Mukwege en RDC.
 
 
Iris Chabrier-Trinker est maître de conférences à la Filière Activité Physique Adaptée et Santé du département de Sciences du Sport de l’université de Strasbourg et chercheuse en neuropsychologie.
Elle s’intéresse d’un côté au rôle de l’esprit du jeu, dans la petite enfance et par la danse contemporaine chez les patient-e-s neuropsychologiques, et de l’autre côté à la conscience corporelle, ses troubles et comment les soigner par l’activité physique adaptée.
 
Samantha Vigne est psychologue clinicienne et partage ses activités entre le dispositif de Fight for Dignity et un service de psycho-traumatologie adulte en hôpital psychiatrique en Seine-Saint-Denis.
Elle concentre son travail sur l’étude et la prise en charge du psycho-trauma, en lien avec les capacités de résilience et de croissance post-traumatique. Parallèlement bénévole et référente violence au sein de Médecins du Monde, elle place la réduction des risques ainsi que l’accès aux soins et aux droits fondamentaux des personnes en situation de vulnérabilité au cœur de sa démarche clinique.
Samantha travaille sur le projet de recherche dédié au karaté avec le laboratoire de Sport et Sciences Sociales de l’Université de Strasbourg, et en partenariat avec la Fondation Apicil qui soutient la réalisation de ce projet. 
 
La vidéo de cette visioconférence sera mise en ligne après la publication de l’étude actuellement en cours. 

Vous souhaitez soutenir le projet de visioconférences ?
Vous pouvez faire un don ici !

J’ai choisi de ne pas rendre les visioconférences payantes afin qu’elles soient accessibles au plus grand nombre, notamment aux étudiant.es.

La préparation de ces visioconférences représente du travail, c’est pourquoi je rémunère les intervenant.es.

En participant financièrement, vous contribuez aux frais d’organisation et à la rémunération des intervenant.es.

Grâce à votre don, nous pourrons continuer à proposer des rencontres et des discussions sur des sujets de société… et “débunker” quelques idées reçues ! 😉