Depuis la période de confinement, je vous propose régulièrement des visioconférences sur des thèmes variés mais porteurs des valeurs que je souhaite promouvoir au SenseLAB. 

Celles-ci se déroulent via ZOOM et permettent à une centaine de personnes d’écouter et d’échanger avec un ou des invités autour de sujets d’actualité. 

Ces visioconférences sont ouvertes à tous.tes et permettent de créer des ponts entre les professionnels de la santé et le “grand public”. Les participants proviennent ainsi de plusieurs régions du monde, tel que la Suisse, la Belgique, la France, le Canada, et même l’Amérique Latine !

Après le succès des premières visioconférences ayant eu lieu au printemps, je souhaite poursuivre ces espaces de rencontre et d’échange avec de futurs invités. 

Ce dont nous avons déjà discuté...

Lors de cette visioconférence, les Drs Camille Piguet et Arnaud Merglen ont abordé les deux composantes primordiales pour comprendre la santé mentale des adolescents, à savoir le développement cérébral et la gestion du stress.

La Dre Camille Piguet est psychiatre et chercheuse en neurosciences cognitives, formée à Genève et à Paris. Elle occupe aujourd’hui un poste de cheffe de clinique scientifique, travaillant pour moitié à l’Unité de Crise pour Adolescent du service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent des Hôpitaux Universitaire de Genève, et pour moitié pour ses projets de recherche au Département de psychiatrie de l’UNIGE.
Elle développe un axe de recherche sur la prévention de la santé mentale chez les jeunes, notamment en relation avec la régulation des émotions, l’anxiété et la réactivité au stress, en collaboration avec le NCCR Synapsy et la Fondation Leenaards.

Le Dr Arnaud Merglen est épidémiologiste et pédiatre avec une expertise clinique en médecine des adolescents et en pleine conscience, formé à Genève, Lausanne et au Canada. De retour à Genève depuis 2015, il travaille comme médecin adjoint agrégé au Service de Pédiatrie Générale et à la Consultation Santé Jeunes.
Il collabore aussi avec la Division Interdisciplinaire de Santé des Adolescents au CHUV à Lausanne et avec le Bioscope de l’Université de Genève sur des projets de prévention et d’éducation à la santé.

Pour en savoir plus sur l’étude Mindfulteen menée actuellement par les Drs Camille Piguet et Arnaud Merglen, rendez-vous sur le site www.mindfulteen.ch

Le jardinage punk, c’est apprendre à faire différemment, à changer son regard sur les “herbes folles”, bien plus propices au vivant qu’un jardin aseptisé !

Mais c’est surtout s’inscrire dans le respect de la biodiversité qui nous entoure.

Alors, comment et pourquoi ? C’est ce que nous découvrirons au cours de ce moment d’échange !

Eric Lenoir est paysagiste, pépiniériste et auteur de plusieurs ouvrages, dont “Plantes aquatiques et de terrains humides” aux éditions Ulmer et le “Petit traité du jardin punk” (Prix St Fiacre 2019) aux éditions Terre Vivante.

Le mal de dos est une affection fréquente qui représente aujourd’hui la première cause globale d’incapacité.
Hélas, de nombreuses idées reçues circulent encore aujourd’hui à ce sujet, pouvant fortement ralentir la progression des personnes qui souffrent du dos. 

Parfois même, ces idées et représentations font partie du problème ! Beaucoup de personnes se retrouvent alors piégées dans des cercles vicieux qui alimentent les douleurs.

Dans cette visioconférence, nous décortiquerons ensemble les idées reçues les plus dévastatrices à la lumière des données scientifiques actuelles. Nous verrons ensuite par quels principes nous pouvons les remplacer, et reprendre confiance en notre corps.

Eric Bouthier est kinésithérapeute spécialisé dans la prise en charge des douleurs persistantes, avec un intérêt particulier pour le mal de dos. En complément de son activité libérale à Lyon, il promeut une prise en charge de la douleur basée sur les connaissances scientifiques actuelles.
Depuis 2017, il partage des articles et des vidéos à destination du public lombalgique chronique sur son site Comprendre Son Dos. Il travaille également avec des journalistes dans l’objectif d’améliorer la qualité des informations proposées au grand public.

Cette visioconférence est est l’occasion de présenter l’association Ecokiné, à l’initiative de 5 jeunes physiothérapeutes français, qui propose d’accompagner les professionnels de santé souhaitant s’engager dans une pratique plus éco-responsable.

Merci à Etienne Lebastard, son président pour cette soirée d’échange ! Pour soutenir cette association, devenir ambassadeur ou faire un don, RDV sur www.ecokines.fr

Depuis 2006, la sexualité est reconnue par l’OMS comme faisant partie de la santé humaine.
Hélas, une méconnaissance globale de ce sujet pourtant fondamental et universel, associé à des tabous généralisés et culturellement très ancrés nous font au mieux négliger ce domaine, au pire perpétuer des violences.

En tant que professionnelle pratiquante de la sexualité (c’est-à-dire Putain), je considère m’inscrire moi aussi dans le domaine du soin, car participant au bien-être, voir au mieux-être des autres. C’est pourquoi je vous propose une discussion autour de 3 axes:
le premier, nous permettre de comprendre effectivement l’importance de la sexualité pour le bien-être humain ;
le deuxième, de vous partager mes réflexions sur comment soigner à la fois la sexualité en temps que telle, et comment la sexualité peut en elle-même être une voie de soin ;
et enfin le troisième, qui a une dimension plus “méta”, témoigner du fait que le travail du sexe est bien un travail, nécessitant de fait des compétences précises et singulières, qui méritent d’être d’une part reconnues comme telles, d’autre part d’être partagées.
– Yumie

Merci à Yumie pour ce moment d’échange, tout en humanité et en sensibilité.

Merci aux participants pour leur bienveillance qui rend possible ces rencontres !

Aidez-nous à organiser de futures rencontres !

La participation libre et consciente, vous connaissez ?

Chaque visioconférence que je vous propose fait intervenir un professionnel. 

Je n’ai pas souhaité rendre ces visioconférences payantes afin d’en garantir l’accès au plus grand nombre, notamment les étudiants et les personnes en difficultés financières durant cette période critique. 

Cependant, si vous avez assisté à une ou plusieurs de ces visioconférences, que vous souhaitez nous aider à poursuivre cette aventure, vous pouvez faire un don sous forme de participation libre et consciente. 

Qu’est-ce que la Participation Libre et Consciente ?

La participation libre et consciente est une autre façon d’envisager la rémunération d’une activité, tels qu’un atelier ou une intervention. Ce mode de valorisation participatif et solidaire propose une alternative au modèle économique actuellement pratiqué (le marché « libre »), afin de créer les conditions pour la transition sociale et économique, dont notre planète a besoin si urgemment pour continuer à nous (sup)porter.

La participation consciente change la règle établie. Elle ouvre une voie de questionnements dans notre rapport à l’argent et notre façon d’échanger nos richesses. Cette forme de rémunération nécessite de la conscience autant pour être proposée que pratiquée. Elle offre potentiellement un chemin de transformation individuelle et collective.

La participation consciente permet notamment à des personnes disposant de faibles revenus de participer à une activité.

En pratique, comment cela fonctionne-t-il ?

  • La participation consciente est la somme que vous souhaitez ou pouvez donner en conscience pour ce que vous avez vécu.
 
  • Aucune suggestion de montant (minimum, maximum) n’est indiquée, mais toute participation est valorisée.
    A titre d’exemple, si chaque participant donnait 10 CHF, cette somme permettrait de dédommager l’intervenant et de couvrir les coûts d’organisation. 
 
  • La participation financière est remise à la fin de la visioconférence de façon non-anonyme via un versement sécurisé, sans justification du don réalisé. Les autres participants ne sont pas informés du montant donné.
    Le don nominatif et confidentiel permet d’assumer de façon responsable ce que l’on peut ou ce que l’on veut donner.
 

Comment déterminer votre participation ?

Plusieurs éléments sont à prendre en compte :

  • La valeur estimée de ce que vous avez reçu qui comprend non seulement l’activité proprement dite, mais sa préparation et tous les efforts nécessaires à sa réalisation.
 
  • Vos possibilités financières.
 
  • Les coûts directs et indirects de l’activité à laquelle vous participez (moyens techniques, location des lieux, frais de déplacement).
 
  • Les projets futurs des organisateurs.
 

En donnant plus :

  • Vous contribuez au développement et à la réalisation de projets futurs.
 
  • Vous compensez les participations inférieures au seuil d’équilibre financier de l’activité.
 
  • Vous permettez d’octroyer une contribution aux intervenants. 

Je soutiens le projet en cliquant ci-dessous: