Rencontre avec le Prof. David Nicholls

Je vous propose cette semaine de rencontrer le Prof. David Nicholls.
Lire et écouter le Prof. Nicholls, c’est penser l’avenir de la physiothérapie, bouger ses représentations, redécouvrir les philosophes français, et faire des liens inattendus entre le mouvement et l’architecture ! 

In English below

Pouvez-vous vous présenter et décrire votre carrière ?

Je m’appelle Dave Nicholls et je suis professeur associé à la School of Clinical Sciences de l’Université AUT à Auckland, en Nouvelle-Zélande. Je suis un conférencier depuis plus de 25 ans, ayant suivi une formation au Royaume-Uni dans les années 1980. Je suis le fondateur du Critical Physiotherapy Network et de l’Association Internationale d’Histoire de la Physiothérapie.
J’ai beaucoup écrit sur la culture et l’histoire de la physiothérapie en tant que profession, y compris un livre intitulé The End of Physiotherapy, publié par Routledge l’année dernière.
Mon travail principal est celui d’éducateur, d’écrivain, de penseur créatif et de chercheur.

Quels sont vos sujets de recherche actuels ?

J’ai toujours un large éventail de projets de recherche en route.
En ce moment, j’écris une suite de The End of Physiotherapy  – provisoirement intitulé Physiotherapy Otherwise; Je suis également en train de rédiger un deuxième livre de physiothérapie critique à la suite de Manipulating Practice; une édition d’un numéro spécial sur l’histoire de la physiothérapie pour Physiotherapy Theory and Practice; ainsi que des articles de journaux collaboratifs sur l’éthique de Løgstrup et les récits de patients; Je travaille également sur quelques articles philosophiques sur la pratique post-professionnelle et l’ontologie orientée objet.

 

 

 

Qu’est-ce qui vous intéresse le plus dans votre travail ?

J’aime les idées, surtout quand je trouve, ou que des gens me montrent, des choses en dehors de la physiothérapie qui peuvent y être rapportées pour donner une manière différente de penser à notre travail. Comme la physiothérapie est très vaste, il y a un énorme chevauchement avec des domaines qui peuvent avoir une influence. J’aime particulièrement m’appuyer sur des idées issues de l’art et du design, de l’architecture, de l’histoire, de la musique, de la philosophie et de la sociologie. Il est inhabituel pour un physiothérapeute de penser à utiliser ces choses. Une grande partie de mon travail avec mes étudiants et mes collègues internationaux consiste donc à essayer de rendre ces choses plus accessibles et à en montrer la pertinence.

 

Pouvez-vous décrire le Critical Physiotherapy Network (CPN) et ses objectifs ?

Le Critical Physiotherapy Network a été créé en 2014 en tant qu’espace sécurisé pour les personnes du monde entier qui souhaitent réfléchir différemment à la physiothérapie. Depuis lors, il est devenu une organisation comptant plus de 600 membres dans plus de 40 pays.

L’adhésion est gratuite et tout le travail du réseau est volontaire. Notre mission est d’être une force positive pour une physiothérapie différente. Plus que toute autre chose, c’est une famille; une petite communauté d’universitaires, de cliniciens, de chercheurs et d’étudiants qui cherchent tous à tirer le meilleur parti des connaissances et des compétences incroyables dont ils disposent.

 

Pouvez-vous décrire quelques réalisations / projets du CPN ?

Le réseau de physiothérapie critique a fait des choses remarquables au cours de sa courte histoire, qui dure depuis cinq ans. Premièrement, nous avons créé un réseau et publié à travers ce réseau un recueil de textes sur la physiothérapie critique (l’un des livres les plus téléchargés que l’éditeur ait jamais vu); écrit un certain nombre d’articles rédigés en collaboration; eu plusieurs réunions internationales, y compris un salon CPN à Cape Town il y a deux ans.
Nous gérons un site Web très populaire avec plus de 500 articles de blog écrits au cours des cinq dernières années, et un exécutif très vigoureux et actif.

Selon vous, quelle est la place du physiothérapeute dans la société d’aujourd’hui ?

La physiothérapie est certainement à un carrefour historique.
Sa place dans la société actuelle a été construite autour d’un ensemble de valeurs qui étaient extrêmement importantes au 20ème siècle mais qui subissent une pression croissante au 21ème siècle. Populations vieillissantes, problèmes de santé de plus en plus complexes, réduction du financement public des soins de santé orthodoxes, intérêt croissant des populations pour les alternatives, technologies de la santé de plus en plus avancées (comme l’IA, la robotique et l’apprentissage automatique), et la disponibilité généralisée des connaissances en matière de soins de santé qui étaient autrefois “la propriété” de quelques professions élites bouleversent la place de professions telles que la physiothérapie dans l’avenir des soins de santé.

Je suis convaincu que si les physiothérapeutes ne prennent pas ces menaces au sérieux, notre avenir en tant que prestataire de soins de santé physique et de réadaptation reconnu et orthodoxe est menacé.

La physiothérapie est une chance, car il s’agit d’une profession de la santé axée sur l’activité, le mouvement et le toucher, à faible dépense carbone et présentant un statut élevé; ce qui représente, à notre avis, tout ce que les gens voudront à l’avenir.

Toutefois, pour accéder à ce nouveau monde de soins de santé, il faudra faire appel à des compétences qui ne faisaient pas partie du programme d’études ou du champ de pratique de la physiothérapie traditionnelle.
Tant de choses dépendent de notre capacité à nous adapter à l’évolution de l’économie de la santé et à son évolution, ce qui donnera à la profession une nouvelle identité qui perdurera pour le prochain siècle.

Pouvez-vous nous parler du livre The End of Physiotherapy ? Quel est son message principal ?

The End of Physiotherapy est une tentative d’écrire la première histoire critique de la profession.
Il tente de comprendre comment la physiothérapie est arrivée à ce stade de son histoire et les menaces qui pèsent sur sa prospérité. Ainsi, plutôt que d’être une simple histoire, il tente d’utiliser les leçons du passé pour informer le présent et le futur.

 

Il s’adresse à des étudiants, des praticiens, des universitaires et des chercheurs et tente de comprendre un grand nombre de problèmes complexes, tout en les rendant accessibles et compréhensibles pour les physiothérapeutes qui ne sont normalement pas exposés à ce genre d’idées.
Comme je l’ai déjà dit, l’une des clés de notre prospérité future en tant que profession réside dans notre capacité à nous dépasser, et le livre tente donc d’introduire certaines de ces théories dans la profession et de fournir aux autres physiothérapeutes les outils nécessaires pour penser autrement. de leur métier.

 

Avez-vous un message pour les physiothérapeutes francophones qui ne connaissent pas le domaine de la pensée critique et du CPN ?

Ironiquement, bon nombre des idées que les membres du Critical Physiotherapy Network adorent, viennent des philosophes continentaux français.

Beaucoup d’entre nous ont étudié les travaux de Foucault, Deleuze, Bourdieu, Derrida, Bataille, Virilio et d’autres, et s’appuient beaucoup sur certaines de leurs idées.
La théorie critique et le postmodernisme sont particulièrement forts parmi les membres du réseau de physiothérapie critique, et il serait bien que nous ayons plus de membres francophones qui pourraient nous aider à mieux comprendre ces travaux.

 

Le congrès de la WCPT aura lieu à Genève en mai prochain, serez-vous présent ?

Malheureusement, je ne serai pas à la WCPT plus tard cette année.
Je prononcerai le discours liminaire à la conférence européenne des éducateurs en kinésithérapie à Groningue en octobre, et voyager régulièrement de la Nouvelle-Zélande est à la fois mauvais pour la planète et mauvais pour ma santé!

Cependant, je travaille de plus en plus en ligne, utilisant Internet pour faire des conférences et organiser des réunions (j’ai prononcé un discours au Mexique il y a quelques semaines à partir de mon bureau à la maison).
Ce sont des outils de plus en plus puissants et faciles à utiliser qui permettent aux collègues du monde entier de se rencontrer – même si ce n’est que virtuellement – et d’échanger des idées.

 

Avez-vous des rêves, en tant que physiothérapeute, dans cette société en mutation ?

Je crois sincèrement que les gens voudront toujours des thérapies physiques.
Nous voudrons toujours quelqu’un qui peut se servir de leurs mains pour nous apporter soulagement et réconfort, ou utiliser leurs compétences en diagnostic pour identifier les mouvements qui pourraient nous causer de la douleur ou avoir une incidence sur notre façon de bouger.
Les thérapies physiques permettent également un degré de connexion avec le monde de plus en plus rare dans une société dominée par la technologie. J’aime la technologie moi-même, mais sachez que cela a un coût et que son utilisation affecte de plus en plus la santé des personnes. Je pense que la thérapie physique aura un rôle à jouer ici.

Je suis cependant moins sûr de savoir si la “physiothérapie” – en tant que profession – a un certain avenir.
Comme je l’ai déjà dit, je pense que la physiothérapie devra subir des changements radicaux et spectaculaires à l’avenir si elle veut répondre aux besoins du public, de ses bailleurs de fonds et de ses législateurs.

Il reste à savoir si la profession actuellement connue sous le nom de physiothérapie répondra à ce défi, mais des organisations telles que le Critical Physiotherapy Network font de leur mieux pour nous pousser dans cette direction, et j’espère qu’il lui reste encore cinq bonnes années à venir. 

Pour retrouver les publications du Prof. Nicholls, c’est ici

 


 

Can you introduce yourself and describe your career?

My name is Dave Nicholls and I am an Associate Professor in the School of Clinical Sciences at AUT University in Auckland, New Zealand. 

I’ve been a lecturer for more than 25 years having originally trained in the UK in the 1980s. I am the founder of the Critical Physiotherapy Network and the International Physiotherapy History Association. I’ve written a lot about the culture and history of physiotherapy as a profession, including a book titled The End of Physiotherapy which was published by Routledge last year. My main work is as an educator, writer, creative thinker and researcher.

 

 

What are your current research topics?

I always have a wide range of research projects on the go to any one time.
At the moment, I’m writing a follow-up to The End of Physiotherapy – provisionally titled Physiotherapy Otherwise; I’m also editing a 2nd critical physiotherapy book as a follow-up to Manipulating Practice; editing a special issue on the history of physiotherapy for Physiotherapy Theory and Practice; as well as some collaborative journal articles on Løgstrup’s ethics and patient narratives; and I’m also working on a couple of philosophical pieces on post-professional practice and object-oriented ontology.

 

What interests you the most in your work?

I love ideas, particularly when I find, or people show me, things outside physiotherapy that can be brought back in to give a different way to think about our work.
Because physiotherapy is so broad, there is a huge overlap with areas that can have an influence. I particularly like drawing on ideas that come from art and design, architecture, history, music, philosophy and sociology.
It’s unusual for a physiotherapist to think about using these things, so a big part of my work with my students and international colleagues is based around trying to make these things more accessible and showing the relevance of them to practice.

 

Can you describe the Critical Physiotherapy Network (CPN) and its goals?

The Critical Physiotherapy Network was established in 2014 as a safe space for people around the world who are interested in thinking differently about physiotherapy. Since then it’s grown to an organization with over 600 members in more than 40 countries. Membership is free and all the work of the Network is voluntary. Our mission is to be a positive force for an otherwise physiotherapy. More than anything else though it’s a family; a small community of academics, clinicians, researchers and students who are all looking to make the most of the incredible knowledge and skills that they have at their fingertips.

 

Can you describe some achievements / projects of the CPN?

The Critical Physiotherapy Network has done some remarkable things in it short five-year history. Firstly, we’ve established a network, and through that network published an edited collection of writings on critical physiotherapy (one of the most downloaded books its publisher had ever seen); written a number of collaboratively authored papers; had a number of international meetings, including a CPN Salon in Cape Town two years ago; we run a very popular website with more than 500 blog posts written over the last five years; and a very vigorous and active Executive.

 

According to you, what is the physiotherapist’s place in today’s society?

Physiotherapy is certainly at a historical crossroads.
It’s place in today’s society has been built around a set of values that were hugely important in the 20th century but are coming under increasing pressure in the 21st. Ageing populations, increasingly complex health problems, reducing public funding for orthodox healthcare, people’s growing interest in alternatives, increasing health technology (like AI, robotics, and machine learning), and the widespread availability of healthcare knowledge that was once “owned” by a few elite professions, are all disrupting the place of professions like physiotherapy in the future of healthcare. It is my belief that if physiotherapists don’t take these threats seriously, then our future as the recognized orthodox provider of physical health and rehabilitation services is under threat. Physiotherapy is fortunate though because it is a low carbon, high status, low risk health profession, that specializes in activity, movement and touch – all things that we believe people will want in the future. But, navigating to this new world of healthcare will require skills that have not been part of the traditional physiotherapy curriculum or scope of practice. So much depends on our ability to adapt to the changing economy of health and shift give the profession a new identity that will endure for the next century.

 

Can you tell us about the book The End of Physiotherapy that you wrote?
Why did you want to write it? What is its main message?

The End of Physiotherapy is an attempt to write the first critical history of the profession. It tries to understand how physiotherapy has arrived at this point in its history and the threats to its prosperity that it now faces. So rather than being a straight history, it attempts to use lessons from the past to inform the present and the future. It is written for students, practitioners, academics, and researchers, and tries to make sense of a lot of complex issues, whilst making them accessible and understandable to physiotherapists who are not normally exposed to these kinds of ideas. As I said before, a key to our future prosperity as a profession lies in our ability to reach beyond ourselves, and so the book attempts to bring some of these theories to bear on the profession, and provide other physiotherapists with the tools to think otherwise about their profession.

 

Do you have a message for francophone physiotherapists who do not know the field of critical thinking and CPN?

Ironically, many of the ideas that are loved by members of the Critical Physiotherapy Network come from French continental philosophers. Many of us have studied the work of Foucault, Deleuze, Bourdieu, Derrida, Bataille, Virilio and others, and draw extensively on some of their ideas. Critical theory and post-modernism are particularly strong amongst members of the Critical Physiotherapy Network, and it would be lovely if we had more Francophone members who could help us understand these works better.

 

The WCPT congress will take place in Geneva next May, will you be present?

Sadly, I won’t be at WCPT later this year. I will be delivering the keynote at the European Physical Therapy Educators Conference in Groningen in October, and travelling from New Zealand regularly is both bad for the planet and bad for my health! I am increasingly working online however, using the Internet to deliver talks and host meetings (I gave a keynote in Mexico a few weeks ago from my office at home), and these are increasingly powerful and easy to use tools that mean that colleagues from around the world can meet up – even if that is only virtually – and share ideas.

 

Do you have dreams as a physio in this changing society?

I genuinely believe that people will always want physical therapies. We will always want someone who can use their hands to bring us relief and comfort, or use their diagnostic skills to see patterns of movement that might be causing us pain or affecting how we move.  Physical therapies also allow for a degree of connection with the world that is increasingly rare in a society dominated by technology. I love technology myself, but realize that it comes at a cost, and people’s health is increasingly being affected by its use.  I think physical therapy will have a role to play here. I am less certain whether “physiotherapy” – as a profession – has a certain future though. As I’ve said already, my belief is that physiotherapy will need to go through some radical and dramatic changes in the future if it is going to meet the needs of the public, its funders, and legislators. Whether the profession currently known as physiotherapy can rise to this challenge awaits to be seen, but organizations like the Critical Physiotherapy Network, are doing their best to push us in that direction, and I hope it has at least five more good years ahead of it.

Full current research profile here
 
 
 
 

Laisser un commentaire

*

code